Daily Archives: July 16, 2015

Initiative with Ethiopia aims to boost opportunities for rural youth

Photo: ©FAO/IFADWFP/Petterik Wiggers

Ethiopian farmer sifting beans. The project aims to obtain a better understanding of the dynamics leading rural people, especially the young, to seek employment elsewhere.

16 July 2015, Addis Ababa – FAO and the government of Ethiopia today signed a partnership agreement which aims to reduce youth mobility caused by poverty, through innovative policies that will create jobs and business opportunities for young people in the agricultural sector and in rural areas more broadly.

The two-year project is being supported with funds provided by the Italian government and aims to obtain a better understanding of the dynamics that lead rural people – youth in particular – to leave their homes and seek employment elsewhere.

The improved evidence on rural migration trends and impacts will help policy-makers, improve agricultural and rural development policies in order to increase employment opportunities, and make rural areas more attractive to young people.

The total contribution by the Italian government amounts to $2.5 million for the project as a whole, which includes a similar initiative with Tunisia. The partnership agreement with the Tunisian government is set to be signed at a later stage.

The project will further provide support to strengthen capacities of Ministries of Agriculture, Youth, Labour and Vocational Training in Ethiopia in the design and implementation of such policies. Representatives of the private sector and civil society organizations will also be supported and their capacities strengthened to engage in the development of relevant policies and programmes.

Initiatives geared towards civil society will aim at empowering producer organizations, youth groups and migrants’ networks in particular.

The partnership agreement was signed by the Minister of Agriculture and Rural Development of Ethiopia, Tefera Derebew and FAO Director-General, José Graziano da Silva, at an event during the 3rd International Conference on Financing for Development.

“Identifying critical entry points of this project and aligning it with our national policies and strategies, will help to address poverty issues in rural areas and ensure the successful implementation of this project about rural jobs for youth,” said Minister Derebew.

Graziano da Silva said: “In the next decades, demographic trends, globalization, inequality, and climate change are likely to further increase migration pressures both within and across countries. Distress economic migration is particularly high among the rural youth.”

“Ethiopia faces major youth and migration challenge, and is at the forefront in efforts to transform its agricultural sector and rural areas towards more inclusive and job-rich pathways of development,” the FAO Director-General added.

Also present at the signing ceremony was the Ambassador of Italy in Ethiopia, Giuseppe Mistretta whose country is providing the critical resources to fund the programme. Italy has a keen interest in youth employment issues throughout the world and is placing major emphasis on this area in its development programmes.

Earlier this week Prime Minister of Italy Matteo Renzi, speaking at the The 3rd International Conference on Financing for Development in Addis Ababa, outlined his government’s intention to step up co-operation efforts with African countries.

“The real challenge for us is not only to save human lives…the real challenge is to create jobs here, to create a new perspective of hope. People are escaping from a condition of poverty, of need, of conflict, of persecution, people are looking for a better future,” Renzi added.

“We need to address the root causes that force migrants to leave their families. We must invest in Africa,” the Italian Prime Minister said. “We must absolutely invest in agriculture…in food … in education, creating jobs to fight economic poverty.”

Improving knowledge

The outcomes of the Ethiopia-FAO initiative supported by Italy include:

  • Improved knowledge and awareness on how to harness the potential of economic mobility to promote youth employment in agriculture. This involves assessing how mobility patterns impact on rural livelihoods, and the role that migration and remittances play in rural transformation processes and employment generation.
  • Strengthened policies in Ethiopia aimed at making it easier for young people in rural areas to find jobs in farm and non-farm activities, including through the promotion of start-up businesses and off-season employment opportunities.

Lessons learned will inform global debates on economic mobility. Experiences in Ethiopia and the data collected will also be used to enhance international dialogue such as that between the European Union and African countries, as well as within the framework of the Euro-Mediterranean Partnership.

Regional problems reflect a global challenge

Currently, there are 740 million internal and 232 million international migrants in the world –many of them young and mainly from rural areas — who feel forced to migrate due to poverty and a lack of local opportunities.

In Ethiopia – where over 30 percent of the population is living in extreme poverty and 32 percent of the population is undernourished – migration, both internal and external, is a key livelihood strategy for many households.

Young Ethiopians living in rural areas are facing increasing difficulties in accessing land – due to population pressure and environmental degradation – and in finding jobs.

A majority of migrants are male, often leaving women behind to take care of the farm and the household. This puts women in a particularly disadvantaged position as they face greater difficulties accessing inputs, credits and other means to keep up farm production and as they tend to have less access to alternative employment and business opportunities.

Rendeavour devient sponsor du Sommet mondial de l’entreprenariat (GES)

– La plus grande société de développement urbain d’Afrique s’associe à une initiative du gouvernement américain à Nairobi

NAIROBI, Kenya, 16 juillet 2015 / PRNewswire – Rendeavour, la plus grande société de développement urbain d’Afrique, a annoncé aujourd’hui son soutien pour le Sommet mondial de l’entreprenariat (GES), auquel participera le Président des États-Unis, M. Barack Obama. Le sommet se tiendra à Nairobi les 25 et 26 juillet prochains. Le GES aura lieu non loin de la ville de Tatu City, projet phare de Rendeavour facilitant l’accès à la propriété, accueillant les domiciles des classes moyennes ainsi que des entreprises, au sein d’une communauté planifiée non loin de la capitale kenyane.

“Les entrepreneurs africains représentés par le GES sont les futurs résidents de Tatu City et des autres projets de développement de Rendeavour sur tout le continent africain”, explique Frank Mosier, principal investisseur américain de Rendeavour. “En tant qu’investisseur américain sur le continent africain, je suis ravi de constater que le gouvernement américain reconnaît l’existence d’une classe moyenne grandissante et d’un souffle entrepreneurial. C’est en ce sens que nous sommes fiers de figurer parmi les sponsors officiels du GES.”

En plus de son implication financière en tant que sponsor de premier niveau, au même titre que Google, Coca-Cola et Ernst & Young, Rendeavour participera à la journée de la femme et de la jeunesse du GES. Il s’agit d’un débat général sur la mobilisation de cette tranche clé de la démographie des pays en développement. Rendeavour jouera également le rôle de conseiller auprès des entrepreneurs africains sur des thèmes tels que le financement de l’entreprenariat, les moyens d’attirer des capitaux privés et la gestion des défis auxquels sont confrontés les entrepreneurs.

La participation de Rendeavour au GES fait suite à la pose de la première pierre de la zone résidentielle de “Kijani Ridge” dans le projet Tatu City de l’entreprise, ce qui constitue une étape importante de l’investissement au Kenya. La cérémonie organisée pour l’occasion comptait parmi ses invités Amina Mohamed, Ministre des Affaires étrangères du Kenya, Robert Godec, Ambassadeur des États-Unis au Kenya et William Kabogo, Gouverneur du comté de Kiambu. À la fin des travaux, la ville de Tatu City accueillera plus de 70 000 habitants et 30 000 visiteurs par jour. Son développement qui devrait durer 20 ans créera des milliers d’emplois.

En plus du Kenya, Rendeavour développe activement des propriétés à usage mixte et revenus mixte au Nigeria, au Ghana, en Zambie et en République Démocratique du Congo. Rendeavour compte parmi les principaux investisseurs étrangers en Afrique. Avec ses partenaires, l’entreprise investit 1,8 milliards de dollars dans des développements s’étendant sur plus de 12 000 hectares dans les environs de sept villes majeures. Au total, 490 000 Africains des classes moyennes principalement (à partir de 25 000 € pour un logement) habiteront dans ces développements, qui accueilleront plus de 210 000 visiteurs par jour. Des centaines de milliers d’emplois permanents et temporaires, dont un grand nombre d’entrepreneurs, seront créés au cours de la durée de vie de ces projets.

À propos de Tatu City (www.tatucity.com)

Sur une superficie de 1 000 hectares, Tatu City est un espace urbain à usage mixte et revenus mixtes offrant un éventail d’espaces, notamment un ensemble résidentiel, des commerces, des industries, des services destinés au tourisme, des équipements sociaux et des aménagements récréatifs. Elle dit accueillir plus de 70 000 habitants et 30 000 visiteurs par jour. Derrière la conception visionnaire de la cité se trouve le concept d’un centre urbain décentralisé au Kenya en remplacement du modèle classique et familier de la ville à nodule unique. La ville de Tatu permettra ainsi de répondre à la surpopulation de Nairobi en proposant un environnement agréable pour la vie, le travail et les loisirs.

À propos de Rendeavour (www.rendeavour.com)

Rendeavour est la plus grande société de développement urbain d’Afrique avec plus de 12 000 hectares consacrés à des projets visionnaires pour la croissance des villes majeures du Kenya, du Ghana, de Zambie et de République Démocratique du Congo. La vision de Rendeavour n’est pas simplement d’alléger une problématique basique, qu’est celle de la congestion urbaine extrême et du manque drastique de bâtiments de qualité pour l’habitation ou à usage commercial en Afrique. Au lieu de cela, nous souhaitons créer les infrastructures (espaces de vie et de travail, espaces communautaires, écoles et hôpitaux) qui permettront de pérenniser et d’accélérer la croissance économique en Afrique, de répondre aux aspirations de la classe moyenne naissante et de catalyser de futurs développements urbains.

Contact

Tim Beighton
tbeighton@rendeavour.com
+234 (809) 400-0065

Risen Energy signe un contrat de vente pour des modules d’une valeur de 1,138 milliard de RMB avec KongSun Yongtai

NINGBO, Chine, 16 juillet 2015 /PRNewswire/ — Risen Energy Co., Ltd et KongSun Yongtai Investment Holding Ltd ont récemment signé un contrat de vente portant sur des modules. Risen Energy va fournir des modules photovoltaïques à KongSun Yongtai et le montant total du contrat s’élève à 1,138 milliard de RMB.

Dans le contrat sont inclus 3 différents types de poly-modules : 260 W, 265 W et 270 W. Le contrat de fourniture de ces modules va avoir un impact positif sur les performances des activités.

« Annoncé au début du mois de juillet, ce contrat est déjà l’une des plus grandes réussites de Risen Energy pour le deuxième semestre 2015 », a déclaré Wang Hong, président de Risen Energy. « Le contrat va élargir les parts de marché de Risen Energy et renforcer l’image de marque, la profitabilité et la force globale de l’entreprise. C’est aussi un bon exemple de la façon dont l’entreprise s’illustre dans le secteur de l’intégration des ressources, en améliorant les plans industriels, en renforçant l’efficacité et en obtenant un développement rapide. »

À propos de Risen Energy

Risen Energy Co., Ltd. a été fondée en 2002 et cotée sur le marché public chinois (code boursier : 300118) en 2010. Risen Energy est l’un des pionniers du secteur de l’énergie photovoltaïque, secteur où l’entreprise assume son rôle d’expert en R & D, de fabricant intégré dont la production va des plaquettes (wafers) aux modules, de fabricant de systèmes hors réseau, ainsi que d’investisseur, de développeur et prestataire de services EPC pour les projets photovoltaïques. Ayant pour objectif de fournir de l’énergie verte dans le monde entier, Risen Energy se développe à l’échelle internationale à travers ses bureaux et ses réseaux commerciaux en Chine, en Allemagne, en Australie, au Mexique, en Inde, au Chili et au Bénin. Après des années d’efforts, l’entreprise est arrivée à une capacité de production annuelle de 1,5 GW avec ses modules, et elle a permis la production de 3 GW au total depuis ses débuts. Pendant sa phase de croissance rapide, Risen Energy a gardé un rythme stable avec un ratio d’endettement moyen d’environ 50 % entre 2011 et 2014, et l’entreprise se permet d’innover en installant des filiales qui se consacrent à la finance sur Internet et au crédit-bail financier, afin de poser ses jalons dans « l’énergie de l’Internet ».

Pour de plus amples informations, veuillez visiter : www.risenenergy.com